PRATIQUE DE L’ASTROLOGIE HORAIRE AU MOYEN-ÂGE

JosianeNon classé

JEROME LIVEMONT

jlivemont@yahoo.fr

INTRODUCTION

Définition

L’astrologie horaire ou astrologie des interrogations consiste à dresser un thème astral pour le moment où l’astrologue reçoit une question et à y répondre selon des règles précises.

Elle ne nécessite pas de recourir au thème de naissance mais au thème du moment où l’astrologue reçoit la question et pour le lieu où se trouve l’astrologue à ce moment.

Elle est très pratiquée dès l’Antiquité tardive et durant tout le Moyen Age.  L’étudier permet de revenir aux bases théoriques et pratiques de l’astrologie.  Elle apparaît dans le monde grec vers le IVème – Vème siècle PCN et se développe très fort dans le monde arabe durant les VIIIème, IXème et Xème siècles.  Elle arrive en Europe vers le XIIème siècle et le XIIIème sera l’âge d’or de cette pratique et de l’astrologie en général.  C’est l’époque de Saint Thomas d’Aquin, d’Albert Le Grand, de Roger Bacon qui, tous, ont réfléchi sur l’astrologie.

Le cercle, ici, représente l’univers médiéval comme les anciens se le représentaient.  Au sommet, au-delà du monde et de la création, se trouvent, Dieu, la Vierge Marie, les anges, …  Ensuite, une série de sphères angéliques précèdent le premier mobile, sphère définie par Aristote, qui est elle-même immobile mais qui met en branle toutes les autres sphères planétaires, de Saturne à la Lune. 

La Lune communique son mouvement à la sphère du feu qui communique le sien à la sphère de l’Air, puis vient la sphère de l’Eau, puis la Terre. Et ce mouvement perpétuel des éléments qui est alimenté par les sphères célestes produit tout ce qui existe sur terre.  Pour les astrologues du Moyen-Age, ainsi que pour les scientifiques de l’époque, tout ce qui existe est ainsi composé des 4 éléments dans des proportions variables.

Pour les médiévaux, la parole est une forme de matérialité et la question horaire est une sorte de « corps » qui peut s’intégrer dans la structure décrite ci-dessus et peut faire l’objet d’un thème astral.  Pour fixer le moment où le thème horaire est dressé, il ne faut pas prendre le moment de l’émergence de la question mais le moment où elle acquiert une forme de matérialité, c’est-à-dire le moment où elle est formulée oralement ou par écrit à l’astrologue qui la reçoit et la comprend.

Sources

  • Il faut saluer le travail impressionnant de traduction de l’astrologue américain Benjamin Dykes, élève de Robert Zoller (voir son site internet où l’on trouve des traductions en anglais de traités anciens, au sujet de l’astrologie horaire notamment).
  • Le présent exposé est basé sur les travaux de :
    • Masha’Allah, Sur l’interprétation des pensées, Traité des réceptions, etc., VIIIème – IXème siècles (auteur du thème d’élection pour la fondation de Bagdad)
    • Sahl bin Bishr, Introduction, Les cinquante jugements, Traité des interrogations, etc., IXème siècle
    • Abu Ma’shar, La grande introduction à l’astrologie, IXe siècle
    • Al-Kindi, Les quarante chapitres, IXème siècle
    • Herman de Carinthie, L’investigation du cœur, vers 1140 Le livre des neuf juges, XIIème siècle
    • Guido Bonatti, Traité d’astronomie, vers 1277
    • Léopold d’Autriche, Compilation de la science des astres, vers 1271

Accepter une question

Il convient de dresser le thème pour le moment où l’astrologue comprend et accepte la question.  Cela est affirmé dans les traités anciens comme aujourd’hui.

Le moment de l’émergence de la question dans l’esprit du consultant n’intervient pas.

Tous les astrologues anciens recommandent que la question soit posée le plus simplement possible, honnêtement et avec une intention ferme.  Il est bon que le consultant la garde en tête au moins 24 heures avant d’en faire part à l’astrologue.

Il faut garder en tête que le thème horaire répond à la question posée et ne donne aucune autre considération ou réponse à des questions supplémentaires.

Considérations avant le jugement

Elles ne sont pas aussi systématiques que chez Lilly et sa postérité.  Elles servent cependant à mettre en garde.

De manière générale, le thème doit refléter le contexte de la question.  C’est un point essentiel.  Par contre, une règle à relativiser est celle qui consiste à valider le thème uniquement si l’Ascendant présente un lien avec le consultant.  Si ce consultant questionne à différentes reprises, il est peu probable qu’à chaque fois, l’Ascendant le représente de façon évidente.

Si les témoignages des bénéfiques et des maléfiques sont égaux, il y a risque d’erreur.

Le consultant n’a pas de réelle intention ou n’est pas honnête si l’Ascendant est au début ou à la fin d’un signe.  Dans la postérité on parle de 3° mais chez les médiévaux ce n’est pas aussi strict.

Il faut que le maître de l’Ascendant et le maître de l’heure soient identique ou de même triplicité ou de même complexion pour que le thème soit radical.

LES QUATRE CLAVIERS

  1. Les planètes
  • Les trans-saturniennes n’existent pas
  • Les planètes sont, toutes, soit bénéfiques, soit maléfiques.  Bénéfique signifie favorable à la vie, à la croissance.  Maléfique signifie l’inverse.
  • Elles sont essentielles car elles deviennent significateurs des différents acteurs d’une question.  Quand la question est posée, il faut identifier les personnages.
  • Il convient d’évaluer avec précision leurs dignités, soit leurs qualités et leurs capacités d’action.  Les dignités et débilités sont à évaluer en tenant compte du contexte de la question.
  • Une planète est dignifiée si :
    • Elle est dans une maison angulaire ou succédente
    • Elle se trouve dans une de ses dignités par signe (domicile, exaltation, triplicité, terme et décan)
    • Elle est directe et/ou rapide
    • Elle est éloignée des maléfiques et assistée par les bénéfiques
    • Elle est orientale (planètes supérieures) ou occidentale (planètes inférieures).  (Une planète orientale se lève avant le Soleil).
    • Elle est reçue positivement. (Dans la conception ancienne, une planète est reçue quand elle est dans le signe d’une autre et que cette autre planète l’aspecte).
    • Elle est dans sa propre secte (Les planètes diurnes dans un thème diurne et les planètes nocturnes dans un thème nocturne).
    • Elle est cazimi.  (Elle se trouve sur le même degré que le Soleil).
    • Elle est en joie :
Joie de :
Maison I Mercure
Maison III Lune
Maison V Venus
Maison VI Mars
Maison IX Soleil
Maison XI Jupiter
Maison XII Saturne
    • Elle est dans une maison cadente ou en maisons VI (maladie) – VIII (mort) – XII (ennemis cachés).  Ces maisons sont faibles sauf si elles décrivent le contexte.Une planète est maléficiée si :
    • Elle est rétrograde ou lente
    • Elle est combuste
    • Elle est assiégée par les maléfiques (positionnée entre deux maléfiques)
    • Elle est en exil, en chute ou pérégrine
    • Elle est conjointe aux nœuds
    • Elle est dans la via combusta (entre 13 ° Balance et 9° Scorpion).  Ceci est particulièrement négatif pour la Lune.
  1. Les planètes
  2. Les signes
  • Ils n’ont pas les personnalités psychologiques de l’astrologie contemporaine.  Ils servent surtout à caractériser les planètes/acteurs de la question.
  • Ils ont cependant de nombreuses caractéristiques, à utiliser en fonction de la question.
  • Il faut tenir compte de leur polarité, triplicité, complexion et quadruplicité.
  • Certains signes sont rationnels, à quatre pattes, ailés, muets, vocaux, semi-vocaux, stériles, fertiles, semi-fertiles, mutilés, montagneux, plats, sablonneux, humides, etc.
  1. Les planètes
  2. Les signes
  3. Les aspects
  • Aspectus en latin signifie regard.
  • Il ne faut considérer que les aspects majeurs.
  • Ils mettent en relation les planètes/acteurs entre elles selon leurs qualités.
  • Ils montrent le passé et l’évolution des évènements.
  • La conjonction (qui n’est pas un aspect) est neutre, le trigone est positif, le sextile, positif mais faible, le carré négatif et l’opposition très négative.
  • En astrologie horaire, l’orbe n’a pas d’importance.  Un aspect par signe est accepté mais pas un aspect hors signe même avec un orbe étroit.  En effet deux planètes en signes non-aspectés ne se voient pas et n’ont pas de contact direct.  Elles sont en aversion.
  1. Les planètes
  2. Les signes
  3. Les aspects
  4. Les maisons
  • Ce sont les domaines d’existence dans lesquels s’expriment les planètes.  Elles permettent également de déterminer les significateurs.
  • Les astrologues anciens utilisent en général la domification zodiacale ou Alcabitus.  Les maisons angulaires sont puissantes, les maisons succédentes un peu moins et les maisons cadentes sont faibles.
  • Les maisons VI (la maladie), VIII (la mort) et XII (les ennemis secrets) sont maléfiques comme leurs maîtres.
  • Il faut faire usage des maisons dérivés mais sans excès.

Maison I : la personne et son métier

Maison II : les possessions

Maison III : la fratrie

Maison IV : les parents et préférentiellement le père.  Le foyer.

Maison V : les enfants

Maison VI : la maladie

Maison VII : les associations, les ennemis déclarés

Maison VIII : la mort

Maison IX : les voyages

Maison X : la carrière, la puissance, la domination.  La mère.

Maison XI : les amis

Maison XII : les ennemis secrets

PRATIQUE DE L’INTERROGATION

Le significateur de la pensée

  • Technique utilisée principalement par les astrologues arabes pour « deviner » la question ou pour orienter la consultation en cas de besoin.
  • Il existe un très grand nombre de méthodes.  Elles consistent toutes en l’identification d’un significateur à interpréter selon sa nature essentielle et ses maîtrises.
  • Nous en comparerons deux, ici, issue de l’Investigation du cœur de Herman de Carinthie.  La première (I, 9, 3) est attribuée aux « Indiens » et la seconde (III, 1, 1) à Masha’Allah.
Selon les Indiens Selon Masha’Allah
Il convient de repérer dans quelle dodécatémorie tombe le degré Ascendant.Son maître avec ses maîtrises et la maison dans laquelle il se trouve devient significateur.Si une planète se trouve dans le signe correspondant, elle participe aussi. Il convient d’abord d’attribuer des points aux différents maîtres de l’Ascendant selon la hiérarchie classique des dignités.Ensuite, on additionne à ces maîtres des points supplémentaires en fonction de la position des planètes en maisons.

Selon les « Indiens », l’Ascendant est à 1°28 du Lion.  La dodécatémorie correspondante est le Lion.  Pour Masha’Allah, c’est également le Soleil. 

On regarde uniquement les maisons zodiacales.  Le Soleil, maître du Lion, se trouve dans la maison IV (4e signe par rapport au Lion).  La question concernait l’achat d’un appartement.  En réalité, la question de la consultante était double : elle voulait savoir quand elle allait rencontrer un compagnon.  On peut imaginer que le Soleil représente ce compagnon potentiel. 

Ici la question était de savoir s’il était opportun et sans risque de partir en voyage.  La dodécatémorie dans laquelle se trouve l’Ascendant est la Lune, maître de IV en XII.  Pour Masha’Allah, Mars reçoit 12 points et devient significateur.  Mars est en IX : la question concerne bien un voyage.  Par contre, pour les « Indiens », la Lune maître de IV désigne les parents et comme astre féminin, plutôt la mère.  La Lune en XII parle de maladie.  La vraie question était, dans ce cas : « Ma mère étant très malade, ne risque-t-elle pas de mourir avant que je ne revienne de voyage ? »  Il faut noter que les maisons dérivées ne sont pas prises en compte dans cette astrologie très ancienne : La XII représente la maladie globalement et ici la maladie de la mère puisqu’en lien avec la Lune et la maison IV, alors que, dans une astrologie ultérieure, travaillant avec les maisons dérivées, il faudrait regarder la maison XII de la IV et non  la XII qui indique des maladies pour le consultant, représenté par la I et non pour sa mère.

Identifier les significateurs nécessaires

  • En général, le consultant reçoit le maître de la maison I et la Lune.  L’objet de la question (personne, chose, etc.) reçoit le maître de la maison qui le régit et parfois son significateur naturel.  La Lune ne donne pas l’évolution de la question comme en astrologie moderne.
  • Les autres acteurs sont identifiés de la même manière.
  • Certains auteurs recommandent d’utiliser les Almutens mais souvent ne suivent pas leurs recommandations.  L’Almuten d’une maison est la planète qui a le plus de dignité sur la cuspide de cette maison. 
  • Masha’Allah (Traité des réceptions, II) demande que l’Ascendant soit aspecté par son maître (par signe) pour que ce dernier soit valable, ou que ce maître aspecte une planète qui, elle, aspecte l’Ascendant.  Sinon, il faut se tourner vers la Lune et appliquer les mêmes conditions.

Les perfections

  • Pour que le consultant obtienne ce qu’il demande, il faut trouver la ou les connections entre les significateurs par aspects.
  • Il faut que ces aspects s’accomplissent.  C’est ce qu’on appelle la perfection.  Il y en a plusieurs sortes :
    • L’application directe par conjonction ou aspect.
    • La translation de lumière : une planète plus lente connecte par aspect ou par conjonction 2 planètes plus rapides.  Par exemple, Saturne à 12°Vierge applique à la Lune à 18° Scorpion qui applique à Mars à 24° Poissons.  Un intermédiaire intervient qui permet à la question de se réaliser.
    • La collection de lumière : une planète plus lente reçoit 2 planètes plus rapides.  Par exemple, Jupiter à 12° Vierge Mars 15° Poissons Saturne 18° Sagittaire. 
    • La réflexion de lumière : translation ou collection depuis des signes en aversion.
    • La localisation : un significateur applique à une planète qui se trouve dans la maison de la question, à condition que cette planète soit en lien avec cette maison (par exemple un des maîtres de cette maison).

Remarque :

  • Les cas de translation, collection et réflexion impliquent toujours un intermédiaire symbolisé par la planète effectuant le contact.
  • Attention : la nature de l’aspect est essentielle, ainsi que la condition des planètes en jeu et leurs réceptions.

Les prohibitions

  • Toute une série de prohibitions peuvent empêcher les perfections de se réaliser.
  • En gros, le problème vient toujours d’une planète qui accomplit un aspect à l’un des significateurs avant que la perfection souhaitée ne s’accomplisse.  Par exemple, Venus 12° Bélier applique à Mars 15° Bélier mais Mercure rétrograde 16° Bélier atteint Mars d’abord.
  • Un des significateurs tournant rétrograde avant la perfection est aussi une prohibition.  Ceci peut parfois s’interpréter de façon très littérale : après un début prometteur, la réponse est finalement négative.

Les réceptions

  • Cela se produit quand une planète se trouve dans une dignité majeure ou deux dignités mineures d’une autre avec laquelle elle est en aspect.
  • Exemple : Mercure en Verseau est reçu par Saturne en Balance.  Mercure est l’invité de Saturne qui a des devoirs envers lui et le soutient (règle d’hospitalité).
  • Une réception peut être mutuelle.  Mercure en Balance et Saturne en Gémeaux.
  • Une réception aide grandement la perfection.
  • Une réception peut être négative.  Elle devient donc un problème.  Mercure en Lion et Saturne en Sagittaire.

La datation

  • A n’utiliser que si le consultant le demande explicitement.
  • Il existe de nombreuses méthodes.  Il convient de convertir le nombre de degrés de l’aspect produisant la perfection en unités de temps (jour – mois – années)
  • L’unité de temps dépend de la nature de la question.
  • Une planète rapide accélère le résultat et une planète lente le ralentit.  Elle peut changer l’unité de temps.
  • On ne tient compte que de la position de la planète appliquante pour déterminer l’unité de temps.
  • Il existe également des méthodes de datation en temps réel, mais elles sont aléatoires.

En bref

  1. Identifier le significateur de la pensée (optionnel)
  2. Identifier les significateurs du consultant, de l’objet de la question et de tout autre intervenant.
  3. Evaluer leurs conditions : maîtrises, positions en signes et en maisons, vitesse, directions, rapports aux autres planètes et au Soleil, sectes, etc.
  4. Etudier les connections entre les significateurs.  Quels sont les aspects passés, les perfections et les prohibitions éventuels.
  5. Porter attention aux réceptions
  6. Eventuellement dater
  7. Répondre à la question.  En astrologie horaire, la réponse doit être précise.

Vais-je obtenir cet emploi ?

Le consultant est signifié par Venus et par la Lune.  Pour l’emploi, on regarde le maître de X qui est, ici, le Soleil.  La domification est Alcabitus (la domification zodiacale est plus parlante pour déterminer le significateur de la pensée).  Il n’y a pas de perfection entre le Soleil et Venus, ni entre le Soleil et la Lune.  Le consultant n’a pas obtenu l’emploi.  De plus, Venus est en mauvaise position céleste (exil) : il n’a probablement pas les compétences nécessaires pour le poste.  La première planète rencontrée par Venus est Mars mais on ne l’interprète pas car Mars ne fait pas partie de la question.

Mes valises arriveront-elles ce soir (21h49)

Les valises perdues dans un avion doivent être livrées à domicile.  La question est de savoir si elles arriveront encore le soir-même.  Le consultant est représenté par Mercure, maître de I, et par la Lune.  Les valises sont indiquées par le maître de II, Venus.  Comme la Lune applique à Venus par carré, la réponse est « oui ».  Les valises sont arrivées 45 minutes plus tard et la perfection entre la Lune et Venus se faisant à 18° 29, avec la Lune à 17°44 au départ, cela donne une distance de 45 minutes exactement !  Si l’aspect s’était fait hors signe, cela aurait pu vouloir dire que les valises allaient bien arriver mais pas le soir même.

Mon collègue deviendra-t-il mon nouveau chef de service ?

Le consultant est représenté par Mercure mais la question concerne son collègue qui, lui est représenté par le maître de la VII, Jupiter.  Pour une promotion, on prend le maître de la X, donc Mercure.  On ne dérive pas, dans ce cas, car la promotion est ouverte à tous.  On dérive lorsque ce que représente la maison dérivée est en lien direct avec la maison de départ, quand il y a un lien d’appartenance.  Ce n’est pas le cas ici : la promotion n’est pas encore attribuée. 

La réponse est non : le collègue n’obtiendra pas la promotion.  Jupiter est en exil en Vierge mais surtout, Venus en exil en Scorpion fera un sextile à Jupiter avant que Mercure n’arrive au trigone. 

Jupiter est dans le signe de Mercure : le collègue a envie d’avoir le poste.  Mercure, représentant le poste, est en Capricorne, signe de chute de Jupiter.  Les réceptions négatives posent problème. 

Erdogan va-t-il tomber (13/07/2016 – avant le coup d’état) ?

Première question à se poser : qui représente Erdogan ?  Celui qui pose la question n’est pas turc.  Erdogan est donc le chef (maison X) d’un état étranger (maison IX).  La X de la IX est la VI et le maître est Mercure.  Mercure est en Cancer, pérégrin.  La première chose qui arrive à Mercure, c’est de changer de signe.  Il entre en Lion.  On est donc sur le point d’observer un changement qui va dans le sens d’une stabilisation : le Lion est un signe fixe.  En Lion, Mercure sera conjoint à Venus, maîtresse de la V, soit la XII par rapport à Erdogan (représenté par la VI).  La XII symbolise les ennemis cachés.  On pourrait penser à un coup d’état.  Mais Venus n’est ni maléfique ni forte et ne peut donc pas nuire à Mercure.  En signe fixe, sans donner de datation précise, on peut dire que le règne d’Erdogan risque d’être long.

Selon Masha’Allah, lorsqu’une planète, indicateur de la question, est à l’extrême fin d’un signe et que le changement de signe est le prochain évènement qui lui arrive, ce changement de signe, et le changement de réception correspondant, a un sens pour la question posée.

Dois-je louer cette maison ?

Le consultant est représenté par le Soleil, maître de I et par la Lune.  La maison, c’est le maître de IV, Venus, et comme il s’agit d’une location, donc d’un contrat, on regarde le maître de VII, Saturne qui symbolise le propriétaire.   En passant les possibilités d’aspects en revue, on constate qu’il n’y a pas d’aspect ni entre la Lune et Venus, ni entre la Lune et Saturne, ni entre le Soleil et Venus.  Il y a par contre un carré entre le Soleil et Saturne mais il y a une prohibition : Mercure fait un sextile à Saturne avant le carré du Soleil.  La maison a donc été louée à quelqu’un d’autre.  On note, par ailleurs, que le Soleil se trouve en Bélier, signe d’exil de Venus, ce qui n’est pas bon signe pour la réalisation de la question.  Le Soleil, exalté, correspond à l’état d’esprit de la consultante, plus qu’enthousiaste par rapport à la location de cette maison.   Le Soleil et Venus, en aversion, ne se voient pas et, de fait, la consultant n’avait jamais visité la maison mais l’avait seulement repérée sur internet.  Dans ce cas, aussi, l’Ascendant, au tout début du signe, semble indiquer que la question est prématurée : la consultante pose la question sans avoir fait aucune des démarches nécessaires en vue de la location.

John Frawley viendra-t-il (question de C. Caron) ?

John Frawley, astrologue et professeur, devait venir de l’étranger pour donner une conférence à Bruxelles.  Il est symbolisé par la IX (les enseignants).  Le maître de IX, Mercure, change de signe et c’est la première chose qui lui arrive après que la question ait été posée.  Mercure se trouve en maison V qui est la IX, de la IX.  John Frawley est donc en voyage.  Il entre dans un signe mutable, ce qui indique aussi qu’il est en mouvement.  Et il entre en Poissons, domicile de Jupiter et signe d’exaltation de Venus : il est comme un invité honoré par Venus.  Et Venus est le maître Ascendant.  C’est donc le signe qu’il va bien venir donner sa conférence en Belgique, pays du consultant. Ici, la perte de dignités de Mercure n’est pas un problème car elle ne fait pas sens. C’est le changement de réception qui est significatif.