ASTROLOGIE ET TRANGENERATIONNEL par Martine Barbault

JosianeResumé de Conférences

 

 

Lorsque nous nous penchons sur le thème de la famille, il est bon de savoir que nous ne nous adressons pas uniquement à un ensemble de personnes liées par un même facteur biologique, le sang, avec la famille,  nous sommes confrontés à une véritable institution, où se mêle de nombreux éléments plus ou moins complexe. Si, actuellement, le biologique devient facile à mettre en évidence, depuis les lois de Mendel par exemple, le domaine psychique, émotionnel, affectif est aussi à l’œuvre : les membres d’une même famille partagent toutes sortes de liens qui bien souvent leur demeurent inconscients : un même roman familial, un même mythe et un même langage familial, qui permettent de se reconnaître entre soi, de mieux se comprendre et de s’aimer…

Depuis les années 50, la psycho-généalogie a été sur le devant de la scène et Françoise Dolto, dans les années 70 a signalé que les enfants héritaient de problèmes non résolus de leurs parents et des dettes inconscientes de leurs ancêtres…

Les personnes qui se sont intéressées à la psycho-généalogie sont souvent marquées par le signe du CANCER, l’axe IV/X et SATURNE.

Critères astrologiques à considérer en astro-généalogie

  • L’axe IV-X, celui des parents,
  • La maison VIII, celle des « fantômes » de la famille,
  • La maison XII qui nous parle de l’inconscient générationnel et du projet-sens parental ainsi que des secrets de famille,
  • L’axe des Nœuds Lunaires, notamment le NS, témoin de notre « héritage transgénérationnel », de notre « mémoire ancestrale »

 

Un exemple intéressant de projet-sens maison XII est celui de Camilla Parker-Bowles. Avec le Soleil-Mercure-Vénus-Lune en XII Camilla était-elle conçue pour « réparer » l’histoire d’amour de son arrière Grand-mère Alice Keppel, maîtresse officielle d’Edouard VII, mais qui ne fut pas épousée …?

Lorsque Camilla rencontre Charles en 71, elle l’interpelle en lui disant : « Savez-vous que mon arrière grand-mère était la maîtresse de votre arrière grand-père ? »

  • C’est au moment où Uranus est au carré de son amas en Cancer dont Lune-Vénus

Lorsqu’elle se marie avec lui le 9 avril 2005 :

  • C’est au moment où Uranus en Poissons est au double trigone de Jupiter et de l’amas en Cancer

 

A signaler que :

 

Lorsque les nœuds lunaires se retrouvent sur les axes AS/DS ou MC/FC, ou sur le maître d’ascendant d’un sujet, l’imprégnation de sa famille risque fort d’être importante.

– La superposition d’un axe de nœuds lunaires avec un ancêtre est souvent très parlante : le descendant peut être en résonance avec l’histoire d’un l’aïeul, reproduire certains schémas, une même profession, des histoires de cœur identiques, voire de semblables maux somatiques…

On parle alors d’un scenario de répétitions, mais il est intéressant de noter qu’à un moment donné, dans une lignée, un sujet va pouvoir sortir des fidélités familiales et projeter la famille dans une autre dimension.

 

Exemple d’un même aspect Soleil-Mars  relié au NS  au sein de  la lignée de Jane Birkin

 

 

GEORGE SAND ET SA FAMILLE

Dans son autobiographie (Histoire de ma vie), George Sand nous fait part de l’importance pour elle de l’histoire transgénérationnelle.  Elle se révèle à cet égard une impressionnante visionnaire :

 « On n’est pas seulement l’enfant de son père, on est aussi un peu je crois, celui de sa mère… Or si mon père était l’arrière petit-fils d’Auguste II, roi de Pologne… il n’en est pas moins vrai que je tiens au peuple par le sang… »

« Donc, le sang des rois se trouva mêlé dans mes veines au sang des pauvres et des petits ; et comme ce qu’on appelle la fatalité, c’est le caractère de l’individu ; comme le caractère de l’individu, c’est son organisation ; comme l’organisation de chacun de nous est le résultat d’un mélange ou d’une parité de races et la continuation, toujours modifiée, d’une suite de types s’enchaînant les uns aux autres ; j’en ai toujours conclu que l’autorité naturelle, celle du corps et de l’âme, établissait une solidarité assez importante entre chacun de nous et chacun de ses ancêtres. »

 « Nous apportons en naissant des instincts qui ne sont qu’un résultat du sang qui nous a été transmis, et qui nous gouverneraient comme une fatalité terrible, si nous n’avions pas une certaine somme de volonté qui est un don tout personnel accordé à chacun de nous par la justice divine. »

 

Thème de George Sand sous l’angle transgénérationnel 

 

Pour cela examinons les maisons IV-VIII et XII et l’axe des nœuds lunaires qui traitent particulièrement de l’histoire généalogique :

 

 

  • Vénus, maîtresse du secteur XII est à la culmination, au double carré de Mars et de Neptune et conjointe au nœud sud (qui a trait à l’ancestralité) souligne l’importance des histoires d’amour dans l’arbre, avec comme idée sous-jacente la difficulté face à la légalisation (carré de Neptune) et les cassures brutales (Mars).
  • La position de Pluton en IV, maître de l’ascendant souligne la grande importance de l’histoire familiale sur son destin, impact bénéfique et protecteur puisque Pluton est au trigone du Soleil.
  • Jupiter en maison XII, la maison des projets parentaux, sous-entend des idées de grandeur, l’enfant semblant conçue pour combler la soif de reconnaissance de la mère, Sophie-Victoire, non reconnue par sa belle-mère. C’est la reconnaissance de sa maternité qui fera de Sophie-Victoire une femme respectable qui, par son mariage change de milieu social.
  • Le Soleil en VIII, indique bien la mort précoce de son père lorsqu’elle a sept ans, suggérant une problématique paternelle dans cette lignée. Ainsi :
  • Le père de George décède à l’âge de 30 ans, lorsque la fillette a 4ans.
  • Son GPP décède quand son fils, père de George, a 8 ans
  • Son GPM, Antoine Delaborde, décède quand son fils a 8 ans.
  • Marie Rinteau, son AGMP perd son père lorsqu’elle a 3 ans.

 

Les imagos parentales au sein d’une lignée

Il est intéressant de constater que les imagos parentales se retrouvent de génération en génération : l’archétype paternel représenté par le Soleil se retrouve avec d’importantes similitudes, comme nous l’avons vu dans la lignée de Jane Birkin, un aspect Soleil-Mars se retransmet, marquant bien là les ancêtres militaires, des hommes martiens…

Dans la lignée de George SAND, observons l’archétype maternel par le biais de la Lune et de ses aspects, donnant le ton, celui d’une lignée de femmes toutes-puissantes avec des Lunes en aspect de Soleil-Mars-Pluton-Jupiter

 

Sur 17 personnes de la généalogie :       

  • 9 Lunes en aspect d’Uranus
  • 10 Lunes en aspect du Soleil
  • 10 Lunes en aspect de Jupiter
  • 10 Lunes en aspect de Mars
  • 13 Lunes en aspect de Pluton

 

Les  planètes reliées au NS se retrouvent sur toute la lignée

Les cycles au sein d’une lignée

Non seulement, comme nous l’avons vu, différents critères astrologiques unissent les membres d’une même famille et se mêlent pour transfigurer « l’âme familiale », mais ils concourent aussi à donner une même rythmicité.

Nous savons, avec les statistiques de Gauquelin, qu’il existe une hérédité planétaire. Ainsi un Jupiter-MC chez un parent peut se retrouver angulaire au FC ou AS… chez son enfant…

C’est ainsi qu’une famille verra ses membres passer par des transformations importantes, positives ou négatives, à des âges identiques, celui de 24 ans, correspondant au cycle expansif de Jupiter par exemple, ou celui plus constructif de Saturne à 39-30 ans. Lorsque des événements familiaux se situent à 42 ans, on pense immédiatement à l’influence d’un fort Neptune (carré Neptune à lui-même) ou d’un fort Uranus (opposition Uranus à lui-même).

Naturellement, cette rythmicité familiale ne concerne pas uniquement les périodes problématiques mais est également activée lors des naissances ou des mariages.

De fait, depuis 3-4 années, je vois des personnes nées dans les années 63 à 69 sous la conjonction Uranus-Pluton, fortement « secoués » par le carré Uranus-Pluton actuel qui les poussent aux remises en question profonde… qui résonnent complètement avec leurs aïeuls nés dans les années 29 à 31 sous le carré Uranus (Bélier)- Pluton (Cancer), lesquels voyaient le jour durant la période de la crise de 29 et passaient par la période de tourmente de 68…

LES SECRETS DE FAMILLE : l’histoire d’Hergé

Le psychanalyste Serge Tisseron s’est distingué en faisant sa thèse sur l’histoire généalogique d’Hergé.

Il en tirera plusieurs ouvrages  (Tintin chez le psychanalyste, Tintin et les secrets de famille…).

Sa démarche s’est appuyée par la seule lecture de TINTIN : pour lui, à l’évidence, Hergé est marqué par un secret de famille concernant son origine. Tisseron part du postulat suivant : un problème d’illégitimité est à l’œuvre dans cette famille. Or, à l’époque, aucune biographie d’Hergé n’était parue.

Une dizaine d’années après, Serge Tisseron apprendra qu’effectivement, Hergé avait une filiation incertaine. Son père et son oncle (deux vrais jumeaux) étaient enfants bâtards d’un comte. Leur mère qui était servante dans la famille du conte avait été séduite et pour éviter le scandale, le conte arrange un mariage avec un mineur, MR Rémi, qui reconnaîtra les enfants, lesquels n’ont pas eu connaissance de cette illégitimité.

Et pourtant, l’inconscient de l’Hergé avait « capté cette histoire et c’est ainsi que, inconsciemment, il en témoigne dans sa bande dessinée.

Pour l’auteur, tous les personnages de Tintin évoquent cette thèse :

Tintin est un reporter détective en quête d’énigmes

Les Dupond-Dupont, deux détectives jumeaux un peu benêts s’escriment à solutionner des énigmes qu’ils ne parviennent jamais à élucider. Comme les enfants à qui on cache des secrets, ils ne font que répéter des phrases toutes  faites, (comme celles entendues par leurs parents lorsqu’ils posent des questions indiscrètes) : « Et je dirai même plus… »

Le capitaine Haddock a été le fils illégitime du chevalier de Haddoque, bâtard de Louis XIV (Le secret de Rakkham le rouge).

La Castafiore, chanteuse ridicule, accumule les quiproquos, ne parvenant jamais à nommer Haddock, (Paddock, Kraddock…)… Et son air favori, Madame Butterfly, conte l’histoire d’une jeune fille séduite et abandonnée et de son enfant, non reconnu…

Le professeur Tournesol, toujours distrait et sourd…

 

Que lisons-nous en examinant le thème d’Hergé ?

Par ailleurs les trois planètes du secret sont importantes :

  • Saturne est dans sa maison, à la culmination,
  • Neptune, au lever,
  • Pluton au carré du maître d’ascendant

Lorsque l’on se penche sur les filiations familiales on retrouve :

  • Jupiter en Cancer dans les trois thèmes,
  • Le signe des Gémeaux en commun,
  • Chez la grand-mère, la communication est problématique avec Mercure en Gémeaux au carré de la Lune Noire,
  • Chez le père, Mercure est en opposition de Neptune et semi-carré Lune-Noire-Uranus,
  • Chez Hergé, Mercure est fort valorisé, conjoint au Soleil et trigone à la Lune, maître de son ascendant : il mettra en images son mythe familial.

Par son œuvre Hergé a réussi à se faire un nom alors que celui du grand-père est resté inconnu et retrouve ainsi une légitimité en donnant une réponse créative au drame de sa grand-mère.

Toutefois, il fa ut savoir que cette histoire familiale, a été profondément « engrammée » dans l’inconscient d’Hergé puisque, à une époque de sa vie, il désire, avec sa seconde épouse, adopter un enfant (il est stérile !) et au bout d’une semaine, il rend l’enfant…. Ainsi, il reproduit le geste de son grand-père qui a « abandonné » ses enfants en les confiant à un autre….

 

  • Répétition d’un scénario entre grand-mère et petite-fille avec la conjonction des Nœuds

 Mme Y vient « en urgence » en consultation : sa maternité qu’elle croyait désirée la panique soudain au point qu’elle en vient à envisager, à plusieurs reprises un avortement. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive et parle d’envoûtement, de folie…

L’examen du thème me laisse perplexe quant à cette importante maison XII contenant une Nouvelle Lune en Scorpion conjointe à Neptune ainsi qu’à Vénus.

Dans les ateliers concernant le domaine transgénérationnel que nous animions avec Catherine Gestas, nous avons remarqué que les thèmes des personnes « encombrées » d’histoires généalogiques lourdes présentaient les maisons XII (celle de l’inconscient générationnel) et VIII (celle des « fantômes ») particulièrement significatives et chargées de planètes importantes et que l’axe IV-X était souvent fortement présent.

A signaler aussi que les personnes les plus imprégnées et habitées par leur histoire familiale sont plus particulièrement marquées par Neptune

Cet exemple est à ce titre un « prototype » du genre :

  • Et si l’on se penche sur le jour de la consultation : le 7 avril 2004, c’est le moment important du carré de Pluton à lui-même et à la triple conjonction natale de Mars Uranus Pluton. Sachant que Pluton est maître du Soleil et de la Lune, on comprend que ce carré de Pluton soulève un questionnement familial.
  • De plus, en ce mois d’avril, la Lune noire moyenne et Mars en Gémeaux étaient, dans le ciel, opposés à Pluton et carrés à Uranus en Poissons, reproduisant ainsi la dissonance natale !
  • Neptune en verseau à 15°commence son carré à la Lune natale et à sa configuration de naissance.
  • Quant au 7 avril, le Jour J, la Lune/Scorpion est conjointe au NS comme au natal !

 

A signaler, la forte dominante neptunienne qui ne manque pas de rendre la native particulièrement réceptive à son environnement et le fait que Neptune soit conjoint au Soleil, à la Lune et au Nœud Sud, (celui qui a trait à l’ancestralité) la rend véritablement perméable aux « mémoires ancestrales ».

Mon sentiment était celui d’une forte imprégnation familiale, d’un secret de famille en pleine réactualisation au moment de sa demande de consultation, celui des nœuds lunaires.

En l’interrogeant sur ses antécédents, ses parents et grands-parents, il semblait pourtant ne pas y avoir, à sa connaissance, de problèmes.

Pourtant, elle me dit avoir subi deux avortements, tous les deux  entre 18 et 19 ans, moment du retour des Nœuds Lunaires et du carré d’Uranus à Mars-Pluton-Uranus… Ces grossesses non désirées seraient survenues, selon elle,  « au mauvais moment ». Cependant, à présent, ce n’est pas le cas : elle est avec un compagnon depuis quelques temps et ils ont tous deux désiré cet enfant. Enceinte de quatre mois, elle est brusquement confrontée à un état de panique compulsif : il faut qu’elle avorte !… Elle ne comprend pas ce qui lui arrive ; manifestement quelque chose lui échappe complètement : « Suis-je envoûtée ? J’ai peur d’être folle ! » me confie-t-elle angoissée…

Je suggère alors à cette consultante de me fournir l’Etat-Civil de ses ancêtres, notamment des grands-mères et arrière-grand-mères.

Parmi les thèmes des ancêtres qu’elle m’a donnés, je suis attirée immédiatement par celui de sa grand-mère maternelle, constatant d’importantes résonances avec le sien.

Sa grand-mère maternelle née le 8 septembre 1929 à 14h15 à côté de  Brest et les similitudes entre leurs thèmes sont impressionnantes :

Sa grand-mère aurait-elle perdu un enfant ? (Vénus, maître de V en VIII),  Mme Y n’en a aucune idée, sa mère non plus. Je lui conseille de mener l’enquête de son côté…

Quelques temps après, Mme Y me téléphone et me raconte l’histoire suivante : Marguerite, sa grand-mère maternelle, « fille-mère », accouche, à 19 ans, d’une petite fille qu’elle ne peut garder : ses parents, face au scandale d’une grossesse hors mariage, l’ont obligée à accoucher sous X, loin de son village, et à abandonner son enfant. Elle se maria ensuite et eut trois enfants, gardant son terrible secret au plus profond d’elle-même.

Mais « le fantôme » était bel et bien là, présent dans le thème de la petite fille :

  • Sa Lune Scorpion conjointe N S est en complète résonance avec celle de sa grand-mère.

Comme son aïeule, madame Y est tombée enceinte à 18 ans, moment crucial du premier cycle des Nœuds à leur Lune et a avorté la première fois, à l’âge où sa grand-mère abandonnait son enfant,

C’est au deuxième cycle des Nœuds, à 36 ans, que Mme Y décide d’avoir un enfant et traverse cet épisode compulsif.

La consultation fut dans ce cas précis particulièrement éclairante à plusieurs niveaux. D’abord madame Y comprit le sens de ses pensées parasites envahissantes et obsessionnelles qui ne lui appartenaient pas.  De fait, elle put continuer calmement sa grossesse et mettre au monde une petite fille quelques mois après.

Ce qui est important et dépasse son cas personnel, c’est la levée de ce secret de famille qui permet d’arrêter la chaîne sur les descendants…

CONCLUSION :

Les différents exemples cités sont suffisamment explicites et nous permettent d’envisager de considérer un thème avec un regard transgénérationnel.

Les personnes les plus marquées par une histoire transgénérationnelle auront des planètes importantes dans les secteurs IV-VII-XII, des planètes au NS et  seront le plus souvent marquées par une dominante neptunienne.

Les nœuds lunaires peuvent être étudiés, non pas uniquement sur le versant karmique, mais sur celui de la lignée car ils nous parlent de  l’histoire familiale. Grâce à la psychogénéalogie, certaines impressions diffuses, certains comportements absurdes, certaines pensées parasites et obsessionnelles peuvent être expliqués en les reliant à une correspondance psycho-émotionnelle avec un aïeul, lequel possède d’importantes similitudes astrales.

 

 

Article partagé avec l’aimable autorisation de Martine Barbault.

Texte soumis au copyright